Press "Enter" to skip to content

Les élèves du LFT « atteignent des sommets »

Mont Kenya 2019 – 4985 m – 100% de réussite pour le LFT !

Après l’ascension de 2017, une nouvelle expédition était organisée du 9 au 14 février 2019.

Pour revivre de l’intérieur l’expérience vécue , la parole est donnée à l’une des participantes de cette récente édition: Jeanne Marie Davatchi, plus souvent habituée à mettre le parcours de ses camarades en images et à laisser traces des aventures vécues avec de nombreux montages et vidéo pour le compte de l’AS trail et d’autres dispositifs du Lycée.

Mont kenya – 9 au 14 février 2019 –

Bonjour Jeanne Marie, peux tu nous décrire l’expérience vécue avec tes camarades du LFT et ceux du Lycée Lyautey de Casablanca puisque je crois que vous retrouviez d’autres élèves à votre arrivée à Nairobi ?

JMD: « oui, exactement, au total, nous étions 45, 26 du LFT et 19 Casaoui. C’est aussi 90 porteurs mobilisés sur les 4 journées utiles pour atteindre le sommet et redescendre – J’ai trouvé que c’était super bien organisé.

C’était tellement long, je pense au dernier jour, 12 h à 13h d’effort, ce n’est pas commun, c’est tellement long quand tu marches qu’il y a des moments de solitude. Je ne m’attendais pas à quelque chose d’aussi intense ; c’est vrai sur le plan physique et sur le plan émotionnel. J’ai pleuré au sommet, j’ai lâché surement toute la pression que je m’étais mise pour aller au bout. Je me mets sans doute trop la pression !

4985 M, ce n’est pas rien – Je n’ai pas d’idée du nombre de calories perdues mais c’est surement incroyable.

En rapport avec cette haute altitude, est ce que des élèves et accompagnateurs ont souffert du fameux mal des montagne (MAM) et comment cela s’est t-il manifesté ?

JMD: oui, beaucoup d’entre nous. Je crois que ça a commencé vers 3500 – 4000m. La journée d’acclimatation entre 4200 et 4600m le 3ème jour était peut être déjà en trop haute altitude. Mais je crois qu’on avait pas le choix avec les refuges. Le MAM, c’est le froid, et pour beaucoup le mal de gorge puis rhume, pour d’autres mal à la tête ou tête qui tourne, saignement de nez, grosse fatigue et envie de vomir et — il faut être fou !

Que retiendras-tu  de cette semaine et cette édition Mt Kenya ?
JMD: J’ai adoré quand on était dans le bus et au lycée, mais en fait, tous les moments où on était ensemble.
Les randonneurs doivent apprécier les moments d’évasion que cela procure, parce qu’on vit des moments de solitude et c’est curieux parce qu’on a des marcheurs devant et derrière mais ces moments sont bienfaiteurs.
Physiquement et en termes de douleurs, j’ai eu plus mal sur la sortie d’entraînement à Madagascar parce que je n’avais pas les bonnes chaussures, donc j’ai eu des ampoules aux pieds. Façon aussi de dire que notre équipement était aussi super et très bien pensé pour le Mont Kenya.

Par rapport à nos entraînement d’ailleurs, une chose marquante, c’est qu’on a débuté l’ascension du Mt Kenya à l’altitude qui correspondait au point culminant de nos entraînements, 2660m !

Notre groupe est beaucoup plus soudé qu’avant, on ne pense qu’à une chose c’est pouvoir se retrouver au lycée.
Comparé à Casa, on avait pas forcément la même approche. On était sur le voyage alors que les Casaoui étaient sur le défi, d’ailleurs, ça s’appelait « Défi 5000 » pour eux.
Je retiens aussi la poussière à la descente, on en avait dans les yeux, dans le nez, si bien que quand vous vous mouchez c’est noir !

Si tu avais un message à faire passer ?
JMD: Tout le monde devrait le faire – Pour se déconnecter du monde et à l’inverse, être en lien avec la nature comme jamais, mais aussi vivre autrement.
Cela nous apprend l’humilité ou à regarder le monde différemment parce qu’on évolue sans confort toute la semaine et pourtant on est bien.
Une douche que le premier jour, puis juste notre petite brosse à dent, on a oublié nos téléphones pendant cette période, on regardait le sol et le ciel et plus nos téléphones.

Des remerciements pour nos profs Mme Mauffrey, Mme Gabillon, M. Pinchon Falcone, M.Metaux, parce qu’on a senti que c’était très dur à organiser et que cela nous a permis de vivre un truc extraordinaire.

Merci pour ce témoignage Jeanne marie.

« Bêtisier », un petit chef d’oeuvre de montage !

Contact: aurelie.mauffrey@egd.mg

Remerciements: aux parents d’élèves et à tous nos partenaires; Mission Sport Aefe – Workwear group – EIFFAGE – BCD Travel – Dossi immo & Travaux – FLEXKNIT – JUMBO SCORE – JEU C TOUT – Somadis

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *